Rationalisez votre bonheur

 

Au cours des dernières décennies, la technologie a été l’outil le plus exposé au changement que nous avons connu. Son évolution a été la mesure du progrès. C’est donc dans cet environnement que la terminologie actuellement très utilisée, « AGILE », a été définie. Mais… de quoi parle-t-on lorsqu’on parle d’agilité ? Nous pouvons le définir comme une philosophie basée sur une amélioration constante et une adaptation rapide. Si nous ne savions pas et que nous demandions: « Qu’est-ce qui est agile ? », nous aurions des réponses relatives à la vitesse et à l’efficacité. Cela impliquerait donc d’éliminer ou de réduire les éléments de blocage et les obstacles, tangibles ou intangibles. En se concentrant sur les personnes, les méthodologies les plus avancées encouragent le travail d’équipe, en faisant en sorte que les tâches soient appliquées par les personnes concernées. Par conséquent, nous pouvons dire que le fait d’être agile favorise principalement l’organisation, le travail en groupe et est centré sur les individus. Et heureusement, nous pouvons également l’appliquer à notre environnement personnel.

Lorsque nous détectons des manques à gagner, des alternatives apparaissent. Fruit de l’inefficacité constante, du gaspillage de ressources et du mécontentement dans le développement professionnel de nos travailleurs, nous parlons encore de ce qui était fondamental. Son origine remonte au début du XXe siècle grâce à F.W. Taylor et Henry Ford, avec l’apparition des premières techniques d’optimisation de la production. C’est Ford qui a présenté les premières lignes de production en série de constructeurs automobiles, à la recherche d’un nouveau modèle organisationnel qui s’est développé lentement dans le monde entier.

Kiichiro Toyoda, fondateur de Toyota, a développé cette philosophie, créé des méthodologies et des techniques à la recherche d’une situation idéale, dans laquelle des machines, des installations et des personnes travaillent ensemble pour apporter de la valeur ajoutée, sans générer de gaspillage entre les activités, les lignes et les processus.

Il existe des méthodologies et des cadres développés par la suite qui sont liés à l’agilité des processus, tels que « Kamban » et « Scrum ». En tant que RH, nous avons pris conscience du fait que nous pouvons développer des processus plus efficaces pour les entreprises, mais pas avant de préparer les employés au changement. La difficulté réside dans le changement de la vision que ce sont fait les individus à propos de quelque chose, en détruisant les fausses croyances qui limitent le développement. Préparer les individus à redéfinir les règles et oublier la recherche d’un bien commun s’ajoutera de façon individuelle.

Les entreprises doivent être conscientes de l’application des valeurs qu’elles définissent alors, qu’elles n’apparaissent pas dans une description sur un site Web. La culture d’entreprise doit être une essence perçue lorsque vous franchissez la porte ou rencontrez un employé. Nous cherchons à évoluer afin de développer nos environnements de travail, nous croyons en la formation et le potentiel des personnes, de tous les âges. Adoptons le changement, donnons de la valeur à quelque chose qui dépasse indiscutablement la numérisation et la valeur humaine.

Soyons des personnes agiles qui se remettent en question et ne font pas que s’adapter. Investissez-vous dans des méthodologies, mais rationalisez votre bonheur, car en fin de compte, c’est de cela qu’il s’agit.

 

Adriana Olalla,
Assessment & Cultural Transformation, Wyser Espagne